Le Comité pour les droits des travailleurs migrants conclut les travaux de sa seizième session

COMMUNIQUÉ FINAL PROVISOIRE

27 avril 2012

Le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille a conclu, aujourd'hui, les travaux de sa seizième session, en présentant ses observations finales sur les mesures prises en application de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille par le Paraguay et le Tadjikistan, dont les rapports initiaux ont été examinés au cours de cette session.

Les observations finales du Comité adoptées au cours de la présente session seront disponibles sur la page Web de la session. Le lien paraîtra dans la colonne de droite du tableau, en regard du nom du pays concerné. Un communiqué final contenant des résumés des observations finales du Comité paraîtra dès qu'elles seront rendues publiques.

Lors de la séance de clôture aujourd'hui, le Président du Comité, M. Abdelhamid El Jamri, a indiqué que durant la présente session, le Comité a également procédé à l'adoption des listes de points à traiter devant être adressées à plusieurs pays - Rwanda, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Colombie, Azerbaïdjan, Philippines, El Salvador et Mali – qui doivent présenter des rapports lors de sessions futures.

Au cours de cette session, le Comité a en outre poursuivi la discussion sur son projet d'observation générale n°2, qui porte sur les droits des travailleurs migrants en situation irrégulière et des membres de leur famille et fait suite à la journée de débat général sur cette question que le Comité a tenue lors de sa dernière session. Le Comité entend adopter le texte final de cette observation générale lors de sa prochaine session, au mois de septembre 2012.

Le Comité a par ailleurs adopté un amendement à son règlement intérieur lui permettant désormais d'examiner la mise en œuvre de la Convention dans un État partie en l'absence de rapport. Le Comité s'est par ailleurs penché sur les questions relatives à ses méthodes de travail, s'agissant plus particulièrement de l'harmonisation des méthodes de travail des organes créés en vertu d'instruments des droits de l'homme et d'autres questions découlant du processus actuel de renforcement de ces organes.

Le Comité s'est d'autre part entretenu avec les collaborateurs du Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants concernant les activités du Rapporteur spécial et du Comité pouvant faire l'objet de convergence dans les années à venir, s'agissant notamment des questions - étroitement liées - des travailleurs migrants en situation irrégulière et de la détention des migrants.

Enfin, le Comité a adopté son rapport annuel devant être présenté à la prochaine session de l'Assemblée générale.

À l'ouverture de la session, lundi 16 avril, le Comité a réélu M. Abdelhamid El Jamri à sa présidence et a élu Mme Myriam Poussi, M. Francisco Carrión Mena et M. Azad Taghizade aux postes de Vice-Présidents et M. Ahmadou Tall au poste de Rapporteur.

Plus de 200 millions de migrants, notamment des travailleurs migrants, des réfugiés, des requérants d'asile, des immigrés permanents et autres, vivent et travaillent dans un pays dont ils ne sont pas originaires. Ils représentent près de 3% de la population mondiale. Le Comité est chargé de surveiller l'application, par les États parties, de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, qui vise à empêcher l'exploitation des travailleurs migrants et impose des normes internationales pour protéger les migrants et leurs familles.

Au cours de sa prochaine session, qui se tiendra du 10 au 14 septembre 2012 à Genève, le Comité doit examiner le rapport initial du Rwanda et le deuxième rapport périodique de la Bosnie-Herzégovine.
__________

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel